Sorties, Visites

 

VISITE DU PALAIS DE COMPIEGNE ET DE LA CLAIRIERE DE L’ARMISTICE

16 NOVEMBRE 2018

 

C’est sous un ciel gris et un trajet dans le brouillard que notre groupe, composé de 22 personnes, arrive à Compiègne vers 10h, ville située sur les bords de l’Oise à la lisière d’une belle forêt.

La journée se déroulera en 2 parties :
Matin : visite des grands Appartements et du Musée de la Voiture
Après-midi : La Clairière de l’Armistice et de son Musée-Mémorial de l’Armistice.

Compiègne-Le groupe   Introduction à la visite des Appartements

Notre guide nous accueille et, avant la visite, nous donne un bref historique des lieux au pied de l’escalier d’Apollon :

  • En 1751, Louis XV ordonne de reconstruire le château érigé par Charles V .Il retient le projet d’A-J. Gabriel. L’ampleur du chantier ajouté à des problèmes financiers expliquent que les travaux ne se termineront qu’en 1788 sous le règne de Louis XVI
  • En 1770 le Futur Louis XVI y rencontra sa fiancée l’archiduchesse Marie-Antoinette.
  • Après la Révolution et le saccage du château, Napoléon 1err ordonne, en 1807, la
  • remise en état. Il y accueillera sa fiancée, l’archiduchesse Marie-Louise.
  • Sous la Restauration, Louis XVIII y séjourna pour préparer son entrée à Paris.
  • Durant la Monarchie de Juillet Louis-Philippe fait aménager le Petit Théâtre pour le mariage de sa fille en 1832 avec Léopold 1er, roi des Belges.
  • En 1856, Napoléon III, marié à Eugénie de Montijo, y organise les premières » Séries » jusqu’en 1869.
  • En 1901, le Palais accueillera le Tsar Nicolas II en visite officielle en France
  • En 1927, le Palais deviendra un Musée National

Appartements de Marie-Antoinette ; Aménagés à la veille de la Révolution, elle ne les occupera jamais. Le salon de jeu conserve l’ameublement authentique, (commodes, appliques, chenets). Sous Napoléon ces appartements seront réservés à l’accueil d’un souverain étranger.

Chambre de Marie-Louis-2  Chambre de napoléon 1er  Bibliothèque et bureau de Napoléon 1er

Grand Appartement du Roi et des Empereurs : Successeurs de Louis XV et Louis XVI, Napoléon 1er et surtout Napoléon III laisseront leur empreinte :
la salle à manger de l’Empereur à décor 1er Empire et dont les portes sont surmontées de superbes « grisailles » de P.-J. Sauvage, le mobilier est signé Jacob.
le salon des cartes de la Forêt de Compiègne servait à Louis XV pour organiser les chasse à courre.
Le Salon de Réception, ancienne chambre à coucher de Louis XVI, où se passaient les soirées sous le second Empire. De cette pièce la vue s’étend jusqu’à 4 km. Cette perspective fut voulue par Napoléon 1er pour Marie-Louise.
La salle du Conseil par son décor est un hymne à la gloire de la Dynastie des Bourbons et à ses victoires militaires
la chambre de Napoléon 1er, ancien cabinet de poudre de Louis XVI, avec son mobilier Empire de Jacob-Desmalter et ses soieries pourpres ornés des attributs de puissance. Le plafond peint par Girodet, Redouté a été détruit lors de l’incendie de 1919.
La bibliothèque de style Empire avec ses meubles d’acajou de Jacob-Desmalter, les sièges sont recouverts de soie verte, le bureau mécanique de Napoléon 1er  est en loupe d’orme et le plafond peint par Girodet.

Galerie de Bal -3  Galerie de Bal- 2  Galerie de Bal- Le groupe

Le Grand appartement de l’Impératrice, initialement destiné à Marie-Antoinette qui ne l’occupa jamais, il fut habité par l’impératrice Marie-Louise et l’Impératrice Eugénie.
La chambre de l’Impératrice est composé d’un bel ensemble mobilier du 1er Empire ainsi que la salle à manger.
La Galerie des tableaux est ornée de tapisseries des Gobelins de la série des « Chasses de Louis XV »d’après Oudry.
La Galerie de Bal, aménagée pour le mariage de Napoléon 1er avec Marie-Louise est longue de 39 m et large de 13 m est décorée de scènes mythologiques par Girodet.

LE MUSEE DE LA VOITURE
Il fut créé en 1927 par le Touring Club de France.
La Salle des Carrosses ne conserve aucun carrosse authentique des équipages royaux qui furent détruits à la Révolution.
Le Grand Hall (ancienne cour des cuisines, couverte d’une verrière) comporte une cinquantaine de berlines et voitures. Dans une autre salle l’on peut voir la berline du Prince Impérial lorsqu’il était enfant et la Torpédo Sigma-Ballot de Guynemer et la « Jamais Contente » de 1899 qui atteint la vitesse de 100km/h.
La collection des cycles étant fermée n’a pu être visitée.

Musée de la Voiture -La Jamais Contente 1899 Musee de la Voiture -LA JAMAIS CONTENTE détail Calèche d'apparat du Prince Impérial Torpédo de GuynemerCalèche (Italie)Musée de la voiture-Plaque inauguration -1927

Après un succulent déjeuner à l’Auberge du Mont ST Pierre situé en pleine forêt de Compiègne, nous nous dirigeons vers la Clairière de l’Armistice.
Pause déjeuner à l'Auberge du Mont St Pierre-5 Pause déjeuner à l'Auberge du Mont St Pierre-4 Pause déjeuner à l'Auberge du Mont St Pierre-3 Pause déjeuner à l'Auberge du Mont St Pierre-2 Pause déjeuner à l'Auberge du Mont St Pierre

Avant d’y arriver l’on découvre sur la route, le monument dédié aux libérateurs de l’Alsace-Lorraine d’E. Brandt.
À partir de ce monument, une large allée conduit à la clairière de 100 m de diamètre environ.

LA CLAIRIERE
La Clairière de l'Armistice.- statue du Maréchal Foch -JPG La Clairière de l'Armistice.-2JPG La Clairière de l'Armistice.- 4 JPG La Clairière de l'Armistice-3

À l’époque, à cet endroit de la forêt, bien caché par des futaies existait un épi de voies.

Actuellement c’est un grand espace circulaire entouré de sapins symbolisant les poilus. Les rails ont été conservés et des dalles marquent l’emplacement des 2 wagons (celui des Maréchal Foch et des Plénipotentiaires allemands). Au centre, une grande dalle porte l’inscription : « Ici le 11 novembre 1918 succomba le criminel orgueil de l’Empire allemand vaincu par les peuples libres qu’il prétendait asservir ». Cette dalle a été démantelée en 1940 par les nazis puis expédiée à Berlin. Elle a été réinstallée à la fin de la guerre 39-45.

Le 11 novembre 2018, une nouvelle dalle a été apposée à côté. Elle porte l’inscription suivante :

 « A l’occasion du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française et Madame Angela Merkel, Chancelière de la République Fédérale d’Allemagne, ont réaffirmé la valeur de la réconciliation franco-allemande au service de l’Europe et de la paix »

Clairière de l'Armistice-La plaque du centenaire en français et en allemand

LE MUSEE : En 1950, ouverture d’un musée reconstruit à l’identique grâce à H. Fleming, un riche américain. Le wagon est également reconstitué grâce à lui. Une voiture d’une même série remplace le wagon historique. Les objets authentiques sauvés du pillage par le Conservateur de l’époque ayant servis aux délégués ont été disposés à l’identique. Réouvert en mars 2018, le Mémorial de l’Armistice, propose une nouvelle scénographie pour le wagon et l’historique de la Clairière de l’Armistice.

LE WAGON C’est dans le wagon du Marechal Foch, un wagon-restaurant appartenant à la Compagnie Internationale des Wagons-lits, réquisitionné par l’Armée française en septembre 1918, qu’à 5h15 l’Armistice fut signée dans cet endroit discret, proche de Paris, afin de ne pas humilier la délégation allemande.

Le wagon de l’Armistice fut exposé de 1921 à 1927 dans la Cour des Invalides puis transporté dans la clairière. Il sera restauré grâce à H. Fleming qui finance également l’abri du Musée. Le 20 juin 1940, les blindés allemands arrivent à Rethondes. Le 21 juin la délégation française est reçue par Hitler, qui, pour humilier la délégation française impose de signer l’Armistice dans le même wagon, replacé dans la position de 1918.

Il fut ensuite transporté à Berlin comme trophée. En 1945, il sera détruit accidentellement dans un camp de prisonniers en forêt de Thuringe.

La 1ère salle relate les causes de la Grande Guerre et la Mobilisation. Vitrines de Casques et képis ainsi qu’une affiche de Mobilisation Générale sont exposés. Une cuirasse rappelle le rôle de la cavalerie avant 1915.
La Rotonde est une salle où l’on peut voir des vitrines contenant l’armement individuel (grenades, fusils, etc ) des objets façonnés par les poilus ainsi que leurs objets personnels. Au mur des cartes de plusieurs batailles et des vues stéréoscopiques de la 1ère guerre mondiale. Sur le côté de la pièce, la crypte, où sont gravés les noms des plus importantes batailles avec la vasque qui recueille la flamme du Souvenir.
La salle du 11 novembre 5h15 : Un tableau raconte l’histoire d’Augustin Trébuchon tué au combat à 10h45.
La Salle de l’Armistice 1918 où l’on peut voir des documents expliquant les évènements qui ont précédé la signature de l’Armistice, une maquette du wagon de l’Armistice, photos des deux trains dans la Clairière et de la Délégation après la signature avec le Maréchal Foch avec son porte-documents.
La salle du Traité de Versailles : vitrines avec les plumes ayant servi à la signature
Une autre salle explique le lien entre la 1ère et la 2ème guerre mondiale, suivie de la salle de la Bataille de France.
La salle Armistice 1940 : retrace les préparatifs des 19 et 20 juin, la visite d’Hitler le 21 juin, le départ du wagon vers l’Allemagne et la destruction de l’abri musée et de la clairière. Des restes du wagon sont exposés
La salle de la Clairière de 1945 à nos jours : Une frise explique la reconstruction de la clairière et l’installation du wagon en remplacement du wagon du Maréchal Foch. Une vitrine présente un livre d’Or ouvert en 1927. Il a été clôturé le 10 novembre 2018 par le Président Macron et la Chancelière Angela Merkel qui ont apposés leurs signatures sous un texte identique à celui de la nouvelle plaque commémorative.

Journée très intéressante qui nous a replongés dans différentes périodes de l’Histoire allant des fastes des Premier et Second Empires à celle, plus émouvante, de la Clairière de l’Armistice, de son Musée. Ces derniers lieux visités gardaient la trace de la récente commémoration du centenaire de l’Armistice de 1918.

G.B.

SOURCES :
Palais de Compiègne RMNF
Mémorial de l’Armistice

__________________________________________________

CONFERENCE PAUL CLAUDEL

« Paul Claudel, itinéraire d’un poète diplomate pendant la 1ère guerre mondiale »

Par Pascal LECROART

Dimanche 18 novembre 2018

 

Paul_ClaudelC’est en présence d’une centaine de personnes réunies dans la Salle des Mariages de l’ancienne Mairie, que M. LECROART, professeur de Littérature française à l’Université de Franche-Comté, auteur de nombreux ouvrages sur Paul Claudel, nous a parlé du parcours poétique et diplomatique de Paul Claudel durant la 1ère Guerre mondiale.

Paul Claudel, naît en 1868, dans une famille bourgeoise.

En 1882, la famille Claudel déménage à Paris pour que Camille, sa sœur, puisse travailler dans l’atelier du sculpteur Colarossi. Claudel suit alors de brillantes études et se passionne pour la littérature. Il est très influencé par Rimbaud et sera marqué par la foi catholique dont il reçoit la révélation un jour de Noël à Notre-Dame.

 

Il écrit son premier drame « Tête d’Or »
Sorti premier au Concours des Affaires étrangères, il entame une carrière de diplomate.

Il séjourne en Chine, Japon, Syrie, Palestine, Hong-Kong et puise dans ces voyages une grande inspiration poétique. Il se lie d’amitié avec Philippe et Hélène Berthelot.
En 1906, il épouse Reine- Sainte-Marie- Perrin et part pour la Chine.
En 1913, en poste à Hambourg, la représentation de « l’Annonce faite à Marie » est donnée en allemand. Le 3 août 1914, il quittera l’Allemagne « sous les huées et crachats de la foule ».

Il suit le Ministère à Bordeaux. En 1915, il écrira « La nuit de Noël » et partira en 1917 pour le Brésil en tant que Ministre plénipotentiaire sans sa famille et accompagné de son secrétaire, Darius Milhaud. Il y jouera un rôle déterminant en vue de l’achat de denrées dont son pays a besoin.

Paul Claudel donnait une signification spirituelle à la guerre. Lors d’une tournée sud-américaine des ballets russes, Claudel est subjugué par la représentation de « L’après-midi d’un Faune ». Il pense alors à un projet de ballet et en parle à Nijinski qu’il ne sait pas malade.

Aidé de son secrétaire et de la femme d’un diplomate britannique, Audrey Parr, qui possède des dons de dessin, il conçoit entre 1917 et 1918, le ballet « L’Homme et son désir ».

Nijinski n’étant plus en état de danser à cause de sa maladie, Claudel fait alors appel à la troupe des ballets suédois.

Après 1918 il est envoyé en qualité d’Ambassadeur au Japon où il écrira « Le soulier de satin », puis à Washington et Bruxelles.

Paul Claudel composa une œuvre considérable tout en exerçant le plus sérieusement son métier d’Ambassadeur.

Ce fut une très intéressante conférence qui nous a permis de d’approfondir notre connaissance sur cet auteur.

IMG_4034 IMG_4035 IMG_4036 IMG_4039  IMG_4041

__________________________________________________

VISITE DE LA MANUFACTURE DE SEVRES
ET DE SES ATELIERS

11 octobre 2018

Dans l’imposant bâtiment construit en bord de Seine et inauguré en 1876 par le Maréchal Mac- Mahon, se perpétue une tradition française vieille de 3 siècles.
Grâce à notre guide, notre groupe composée d’une quinzaine de personnes va découvrir les différentes étapes de la fabrication de cette prestigieuse porcelaine.

Définition de la Céramique : Mot d’origine grecque ; keramos qui signifie » argile »

LE MOULIN : kaolin, quartz et feldspath sont malaxés avec de l’eau de pluie.
Lorsque la pâte est souple, elle est tournée.
De forme liquide, elle est appelée barbotine et amenée dans de grands tonneaux jusqu’à l’atelier de grand ou petit coulage et sera ensuite coulée dans des moules.

ATELIER DE TOURNAGE (pour la pâte souple)
Devant de grandes fenêtres, le tourneur est penché sur la pâte. Avec ses mains, il serre écrase, pince pour transformer la masse.
Mis à part le tour électrique, les gestes pratiqués sont identiques depuis 3 siècles.

LA CUISSON : Chaque pièce subit plusieurs cuissons. La plus élevée atteint 1300°. Les 6 anciens fours ronds en briques, conservés, datent du XIXème siècle. Celui du grand feu, haut de 10 m,, ne fonctionne que tous les 10 ans avec du bois de bouleau car cette essence produit peu de cendres.

LA COULEUR
Les ateliers sont exposés au nord afin que le soleil ne gêne pas les peintres. Ils appliquent sur la pièce un calque troué à l’aiguille puis passent dessus avec un épais pinceau de fusain pour que le croquis à reproduire apparaisse et puisse être peint.

LE BRUNISSAGE
Pour certaines pièces où il faut redonner brillance et éclat à l’or, il faut écraser les motifs à l’aide d’une pierre d’agate ou d’hématite.
L’or provient d’un lingot 24 carats dissous dans de l’acide chlorhydrique.(esprit de sel)

Intéressante visite de cette dernière Manufacture publique du Monde où 200 employés dont 150 céramistes y travaillent. La pratique se transmet sur place par les aînés aux apprentis. Ils réalisent aussi bien des pièces identiques à celles du XVIIIème siècle que celles dessinées par de grands artistes contemporains comme Zao Wouki, Louise Bourgeois etc….

Le Musée National de la Céramique conserve une collection d’environ 50 000 œuvres de toutes les époques et des pays.

La Boutique d’exposition est située 4 place André Malraux 75001 PARIS

G.B. Octobre 2018

 

(GB photos et légendes)

__________________________________________________

VISITE DE L’INSTITUT FRANÇAIS DU PETROLE ET DES ENERGIES NOUVELLES (IFPEN)

21 mars 2018

 

Le 21 mars 2018, la SHRM a pu bénéficier d’une visite exceptionnelle de l’IFP. Notre groupe, composé de 32 personnes, comptait la présence de M. Olivier de la SERRE, Adjoint au Maire, Délégué aux Affaires Culturelles. Nous sommes accueillis à 9h30 par Mme Elisabeth MURA, Assistante de M. Thierry CHAPPAT, Directeur Sécurité- Environnement -Support aux Activités et Madame Sylvie GOUSSET, Journaliste-rédactrice indépendante en communication d’entreprise, Historienne des Entreprises et des Marques. On invite notre groupe à s’installer à la Cafeteria de l’Institut où une collation nous est offerte puis en présence de Monsieur CHAPPAT, de Monsieur Arnaud BERTHONNET, Historien d’entreprise et de Madame Sylvie Gousset, une conférence en introduction à notre visite commence.

Chateau (Maison Cramail)Le Château (Maison Cramail) source : SHRM La clinique (sanatorium)La Clinique (Sanatorium) source : SHRM Chateau, Solarium, plan deauLe Château, Solarium, plan d’eau source : SHRM

 

Après le discours d’accueil de Monsieur Thierry CHAPPAT, Monsieur Arnaud BERTHONNET évoque l’histoire de l’I.F.P. créé en 1944 puis son installation à Rueil–Malmaison en 1947, la création de l’École nationale du Pétrole et des Moteurs en 1954 et l’ouverture en 1973 de la section « Energies Nouvelles ».

Ensuite Madame Sylvie GOUSSET, nous parle de l’historique des terrains et des architectes de grand renom qui ont conçus les bâtiments.

A. Berthonnet et S. Gousset
A.Berthonnet et S. Gousset source : SHRM
IMG_2696Très attentifs aux explications de A. Berthonnet, T. Chappat et S. Gousset source : SHRM IMG_2694source : SHRM
IMG_2691source : SHRM  Station Bonnier (Pavillon de Recherches)source : SHRM IMG_2697source : SHRM

 

Le site est réparti sur 3 zones : La 1ère se situe entre l’actuelle rue Messire Aubin/ Danielle Casanova et l’avenue de Bois Préau, la 2ème sur l’autre côté de l’avenue de Bois-Préau et la 3ème sur l’avenue Paul Doumer au niveau de l’avenue du Bois-Préau où se trouve le pavillon de la duchesse de Ségovie. Nous commençons le parcours de visite.

  • 1ère zone: c’est la partie la plus historique située sur l’ancienne propriété de la Famille Cramail (Adrien Cramail a été Maire de Rueil de 1848 à 1870) qui avait fait ériger, fin XIXème, une demeure appelée « Le Château ». Ce bâtiment ne sera pas modifié et les arbres du parc seront conservés.

Les architectes Pierre PATOUT[1] et Fernand SCALLIET vont édifier deux pavillons de style « anglo-normand » dont l’un sera appelé « sanatorium » mais qui sera en réalité une clinique. Un petit train partant de la grille d’entrée, située devant l’actuelle place Bir-Hakeim, amenait les malades jusqu’à ces pavillons.

Puis nous nous dirigeons vers le bâtiment en courbe « Anémones » qui jouxte le « château » Bâtiment en pierres avec joints apparents édifié en 1955 par l’architecte Pierre DUFAU[2], appelé « solarium » ou « maison de repos ». Dans le hall, superbe céramique murale.

En passant près du « sanatorium » nous nous dirigeons vers le Pavillon de Recherches appelé aussi Station Claude Bonnier (Ingénieur, Compagnon de la Libération (1897-1944) réalisé en 1955 par l’architecte Pierre DUFAU. L’une des façades est en pierres avec joints apparents comme le solarium, la façade côté avenue de Bois Préau est en briques.

La clinique 2La Clinique (Sanatorium) source : SHRM  Bat. Anemones (Solarium)Bât Anémones (Solarium) source : SHRM  Mosaique (Bat Anemones)Bât Anémones Mosaïques dans le Hall d’accueil source : SHRM
Plan sanatorium-IFP -A. BerthonnetPlan Sanatorium source : A. Berthonnet  Pavillon de recherche (Bonnier)Pavillon de Recherches – Station Claude Bonnier source : SHRM  Station Bonnier (cote OuestPavillon de Recherches – Station Claude Bonnier (côté Ouest) source : SHRM

 

  • 2ème zone : Cette partie est située sur d’anciens terrains du Domaine de La Malmaison. L’on remarque, à droite, un petit bâtiment à l’angle de l’avenue Paul Doumer et l’avenue de Bois-Préau appelé « Les Glycines » qui fut érigé sur ordre de Napoléon. Il s’agit du pavillon des Officiers d’Ordonnance de l’Impératrice Joséphine. Au rez-de-chaussée se trouvaient les écuries et au 1er étage, les salles pour les Officiers. Sur la façade, frises de chevaux. Côté parc, une rotonde a été ajoutée. Ce pavillon a été acquis par l’IFP en 1955.

Sur cet espace, un autre bâtiment nommé Dahlias est construit en 1957. Il est créé et conçu spécialement pour l’Ecole et abrite un escalier monumental classé de Jean Prouvé.[3]

Les GlycinesLes Glycines (Pavillon des Officiers d’Ordonnance de l’Impératrice) source : SHRM Batiment DahliasBâtiment Dahlias source : SHRM Escalier Prouve
Escalier monumental classé par J. Prouvé source : SHRM

 

  • 3ème zone : Bien que nous n’ayons pas visité ces bâtiments, il faut mentionner l’IFP school dont les édifices enserrent, au 228, avenue Paul Doumer, le Pavillon de la duchesse de Ségovie (Infante d’Espagne) construit vers 1850. Le duc et la duchesse de Ségovie s’y installèrent. Cette villa sera ensuite transmise à son petit-neveu et filleul, l’Infant Jacques, futur chef de la Maison de Bourbon et duc d’Anjou, et devint sa résidence dans les années 1950 puis la villa fut acquise par l’IFP vers 1960.
 IFP-School_Panoramiquel
Source : Google IFP School

 

Cette très intéressante visite nous a fait découvrir la qualité du Patrimoine architectural que l’I.F.P. a su conserver ou créer, en fonction des nécessités, au cours de ces 71 années de présence dans notre ville. L’Institut du Pétrole est l’un des fleurons de Rueil-Malmaison qui a été et reste l’un des plus grands fournisseurs d’emplois. Grâce à la réputation prestigieuse de son Ecole, notre ville est mondialement connue.

Il faut noter l’importance de cette visite pour certains de nos adhérents qui revoyaient, avec beaucoup d’émotion, des lieux où leurs proches et eux-mêmes avaient travaillé. Pour d’autres, c’était la découverte de l’Institut Français du Pétrole dont ils entendaient parler depuis leur enfance.

Notre visite exceptionnelle a été réalisée par la Société InSiglo qui « travaille l’Histoire et la médiatise pour la faire aimer de tous les publics ». Voir l’article d’Arnaud Berthonnet et Sylvie Gousset

G.B. Mars 2018

[1] Pierre PATOUT (1879-1965) : Architecte et ami du décorateur Jacques-Émile Ruhlmann. Ses réalisations furent la porte de la Concorde, le pavillon de la Manufacture de Sèvres pour l’expo des Arts Décos de 1925, les Galeries Lafayette, l’immeuble en forme de bateau du 3, bd Victor Hugo. Il aménagea 3 paquebots : L’Ile de France, l’Atlantique et le Normandie. Il est enterré à Rueil.

[2]Pierre DUFAU (1908-1985) : Architecte, 2ème prix de Rome en 1938, reconstruit Amiens, constructions à Créteil, bases de l’OTAN, Pont de Puteaux, architecte de l’EPAD La Défense,

[3] Jean PROUVÉ (1901-1984) : Architecte et designer. Artisan du métal Conçoit » la toiture réticulaire à surface variable »(1960), collabore pour le CNIT (verrières à raidisseurs en acier plié)

9 - Plan sanatorium-IFP -A. Berthonnet

__________________________________________________

AUVERS- SUR- OISE, TERRE IMPRESSIONNISTE SUR  LES PAS DE
VAN GOGH ET DE DAUBIGNY

19 octobre 2017

Notre sortie de  la journée  commencera par une visite guidée de la ville, nous découvrirons tous les lieux qui  ont inspiré Vincent Van Gogh lors de son court mais intense séjour dans le val d’Oise et notamment  la maison atelier de Charles-François Daubigny, lieu unique où les murs intérieurs ont été entièrement décorés de peintures.

Nous fêtons cette année les 200 ans de la naissance de Daubigny.

Après le déjeuner au château d’Auvers-sur-Oise, nous continuerons notre immersion dans le monde des peintres impressionnistes en visitant le nouveau parcours scénographique retraçant l’histoire de l’impressionnisme, de son origine puisée dans la peinture anglaise du début du XIXe siècle à  son héritage dans l’abstraction, en passant par le néo-impressionnisme et ses influences sur le cubisme. Au fil d’un circuit, nous serons plongés dans l’art de l’époque grâce à  des projections spectaculaires accompagnées de témoignages des plus grands artistes du moment. Notre journée se terminera à l’Auberge Ravoux, où nous pourrons nous recueillir dans la  chambre de Van Gogh.

LE GROUPE L'EGLISE d'AUVERS LA MAIRIE LE PARCOURS scenographique VISION IMPRESSIONNISTE IMG_1996CHAMBRE DE V. VAN GOGH

 

____________________________________________________________________________________________________________

LA MANUFACTURE DES GOBELINS

25 avril 2017

La Manufacture des Gobelins, fondée en 1601 par Henri IV, à l’instigation de son conseiller du commerce Barthélemy de Laffemas, permet de se plonger dans l’un des monuments emblématiques de l’Histoire moderne. Cette manufacture de tapisseries connut véritablement son essor sous Louis XIV avec l’impulsion de Colbert, qui décida de regrouper en un même lieu les ateliers de tissage de tapisserie de Paris et de Maincy (installés par Fouquet). Charles Le Brun, premier peintre de Louis XIV, en fut le premier directeur. Il en fit une manufacture destinée à l’ameublement des résidences royales en y installant en plus des lissiers des orfèvres, des fondeurs et des ébénistes. La Manufacture est rattachée au Mobilier National depuis 1937 et tisse des tapisseries en faisant appel à  des artistes contemporains. La haute-lisse y est exclusivement utilisée depuis 1837.

IMG_0993 IMG_0995 IMG_1027

IMG_1023 IMG_1022 IMG_1000

__________________________________________________

VISITE DU PALAIS GARNIER – Un chef d’œuvre  architectural

MARDI 8 NOVEMBRE 2016

Opera-1

L’opéra Garnier, ou palais Garnier, est un des édifices structurants du 9e arrondissement de Paris et du paysage de la capitale française. Il est situé place de l’Opéra, à l’extrémité nord de l’avenue de l’Opéra et au carrefour de nombreuses voies L’édifice s’impose comme un monument particulièrement représentatif de l’architecture éclectique et du style historiciste de la seconde moitié du XIXe siècle. Sur une conception de l’architecte Charles Garnier retenue à la suite d’un concours, sa construction, décidée par Napoléon III dans le cadre des transformations de Paris menées par le préfet Haussmann et interrompue par la guerre de 1870, fut reprise au début de la Troisième République, après la destruction par incendie de l’opéra Le Peletier en 1873. Le bâtiment est inauguré le 5 janvier 1875 par Mac Mahon.

Cet opéra a longtemps été appelé « opéra de Paris », mais depuis l’ouverture de l’opéra Bastille en 1989, on le désigne par le seul nom de son architecte : « opéra Garnier » ou « palais Garnier ». Les deux opéras sont aujourd’hui regroupés au sein de l’établissement public à caractère industriel et commercial « Opéra national de Paris ».Opera-2

L’opéra Garnier fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 16 octobre 1923.

Source Wikipedia

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________________________________________________________________________

UNE JOURNEE A VERDUN

10 OCTOBRE 2016

Sortie Verdun4

Malgré un départ très matinal à 6h, notre groupe comptait 30 personnes.

Après 4 heures de route nous arrivons à Verdun, ville, qui en fonction de différentes altitudes et la proximité de la Meuse, s’est constituée en trois ensembles : La citadelle, d’une superficie de 20 ha s’étend sur la colline St Vanne, la ville haute avec la cathédrale  érigée entre 990 et 1024 sur une ancienne église datant de 450. et la ville basse dédiée au commerce.

Verdun est devenue en 1552 une place frontière après la prise de possession  des 3 Evêchés,  Metz, Toul et Verdun par le Roi de France Henri II.

Avec notre guide nous commençons la visite de la ville et découvrons les principaux monuments du glorieux passé de Verdun :

­   La Tour chaussée datant de 1380  qui était l’une des 3 portes monumentales du grand rempart de Verdun

­   La porte St Paul, créée  dans la brèche ouverte dans les remparts en 1877 pour relier la ville à la gare nouvellement créée.

­   Le Monument aux Enfants de Verdun morts pour la France  qui symbolise la célèbre devise « ON NE PASSE PAS », inauguré le 1er novembre 1928 en présence d’André Maginot.

­   Le Monument de la Victoire édifié en 1929.

Nous nous rendons ensuite sur la colline St Vanne pour visiter la citadelle souterraine située sous la citadelle de Verdun dont les plans furent établis en 1567  sous le règne d’Henri II.

Les premiers terrassements furent  d’abord supervisés par des ingénieurs italiens puis,  par des architectes français, envoyés par RICHELIEU en 1624. Ils réalisèrent la base de l’ensemble à sept bastions.

VAUBAN en 1675 remaniera l’enceinte bastionnée de la ville et créera une défense de la ville par l’inondation.Sortie Verdun3

La citadelle souterraine, située sous la citadelle de Verdun, comporte 4 km de galeries qui furent creusées entre 1886 et 1893. Ces galeries pouvaient abriter 2000 soldats et les faire vivre. Ce sera une base logistique.

La visite en wagonnets, nous permet de sillonner ce vaste réseau souterrain, en nous montrant sur le parcours la reconstitution de la vie des poilus durant la bataille de Verdun et d’assister à la reconstitution du choix du Soldat inconnu le 10 novembre 1920.

Après cette matinée bien remplie, pause repas dans un restaurant près de la tour Chaussée.

En début d’après-midi, nous repartons  pour le  circuit de la Bataille Rive Droite et  pour la visite des sites et monuments les plus importants.

Nous commençons par le Fort de Douaumont, ouvrage de Séré de Rivière, construit entre 1885 et 1913. Il fut pris par les Allemands le 25/02/1916 qui l’occupèrent pendant 8 mois.

Le Fort fut repris, le 24 octobre 1916 par les régiments d’infanterie coloniale ; ceux des zouaves, et des tirailleurs sénégalais et somalis après de sanglants combats.

Sortie Verdun2Nous poursuivons notre parcours avec la visite de l’Ossuaire de Douaumont, Monument commémoratif dédié aux victimes de la Bataille de Verdun en 1916. Il abrite 130 000 corps de soldats français et allemands non identifiés.

Sa construction fut décidée sous l’impulsion de Mgr Ginisty, le 22 août 1920. L’inauguration officielle eut lieu  le 7 août 1932.

Ensuite, au sous-sol, nous assistons à la projection du film « Des Hommes de boue ».

Devant l’ossuaire s’étend l’immense nécropole nationale où reposent 16 000 soldats français.

Un mémorial consacré aux soldats de confession juive est situé à l’ouest et à l’est se trouve un monument à la mémoire des soldats musulmans.

Nous nous rendons ensuite au Mémorial de La Grande Guerre qui est un Musée consacré à la mémoire de la Bataille de Verdun en 1916, inauguré en Mai 2016.

Un parcours sur 3 niveaux plonge le visiteur au cœur du champ de bataille.

­   Le rez-de-chaussée est consacré à l’expérience des combattants en 1ère ligne.

­   Le 1er étage fait entrer le visiteur dans l’environnement de la Bataille et les contextes des pays en guerre.

­   Le 2ème étage, pourvu d’une terrasse permet de découvrir le champ de bataille et les traces laissées par les combats dans le paysage environnant et d’apercevoir la silhouette de l’ossuaire de Douaumont.

A 18h nous repartons en direction de Rueil où nous arriverons vers 22h,

Journée instructive et émouvante qui nous a permis de voir les lieux où vécurent les soldats et de se replonger, cent ans après, dans l’enfer qu’avait pu être la Bataille de Verdun. Bataille devenue symbole de la Grande guerre et qui a fait de Verdun un lieu de mémoire emblématique.

Geneviève Belloc  OCTOBRE 2016

Sources :

  • Verdun : un rendez-vous avec l’Histoire 2016 (OT du Grand Verdun)
  • La citadelle de Verdun (YSEC-2014)